Aconit et Alfirin

Ce forum est là pour parler livres et notamment de tout ce qui concerne le genre policier et la fantasy. Que vous soyez experts ou débutants, venez participer.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Khan blanc de Harold Lamb

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Qu'avez vous pensé du Khan blanc
1. Coup de cœur !
0%
 0% [ 0 ]
2. Roman qui vous a bien plu, presque un coup de cœur !
100%
 100% [ 1 ]
3. Roman sympa.
0%
 0% [ 0 ]
4. Roman moyen,qu'on oublie vite.
0%
 0% [ 0 ]
5. Roman que vous n'avez pas aimé.
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 1
 

AuteurMessage
Goupilpm
Modérateur
avatar

Messages : 357
Date d'inscription : 08/09/2016
Age : 61
Localisation : Normandie
Humeur : A l'image du temps : changeante

MessageSujet: Le Khan blanc de Harold Lamb   Mar 19 Déc - 9:35



Résumé : Son fameux sabre incurvé à la ceinture, Khlit le Cosaque a toujours sillonné l'Orient et ses contrées fabuleuses en quête d'aventures. Gagnant les frontières du Cathay, il y a défait les armées de Hang-Hi en ralliant ses ennemis de sang sous une unique bannière : l'étendard de son ancêtre, Gengis Khan. Et maintenant que ses alliés les Tatars lui offrent de les guider en prenant le titre de Khan Blanc, il comprend qu'il doit choisir entre son nouveau peuple et sa vie d'errance. Et déjà il entend l'appel de la steppe résonner à son oreille...

Avis : Le Khan Blanc est le second tomes des Lames Cosaques qui une fois de plus nous entraîne sur les traces de Gengis Khan cinq siècles plus tard où l'on retrouve Klint descendant présumé du grand conquérant.

Ce deuxième tome du guerrier grisonnant trois des nouvelles publiées dans des Pulp Fictions de décembre 1918 à avril 1919. Dans ce deuxième ce guerrier vieillissant, errant mais o' combien rusé nous entraîne dans un vaste territoire à travers de vastes étendues qui s'étendent de la Sibérie aux portes de la Chine à l'instar de la Horde d'Or de Temündjin. Comme les Fantasy de l'époque le récit est essentiellement centré sur le personnage du guerrier mis parfois en valeur par un compagnon rencontré au fil de ses pérégrinations.

Son parcours nous entraîne dans de vastes territoires souvent désertiques que la carte en début de livre permet de suivre sans problèmes. Certes les noms évoqués ont changé d’appellation et comme dans le premier volume certains lieux sont peu décrit l'auteur ayant opté pour un récit épique.

Dans ce deuxième opus les nouvelles sont plus longues et permettent de mieux s'imprégner des atmosphères, et également d'en savoir un peu plus sur les territoire traversés sans que les descriptions sont longues. En début de volume quelques pages décrivent comment s'est fait l'Empire Mongol sous Gengis Khan et l'héritage laissé à ses descendants et comment il a périclité au fil du temps.

Les postulats de départ des intrigues sont bien entendu classiques mais au vu des dates de parutions de ces nouvelles on s'y attendait. On a respectivement une vengeance avec la première nouvelle qui découle de la victoire sur les troupes du général Han-hi, une chasse au trésor pour permettre aux Tatars d'éviter l'amenuisement de ses territoires, et pour finir un oracle qui nous conduit aux portes du Tibet.

Le personnage de Khlit a encore pris de l'âge et c'est surtout par la ruse qu'il arrive à bout de ses adversaires, il y a certes un côté héroïque-fantasy avec un héros qui parvient haut la main à se tirer de toutes les situations difficiles mais ici l'homme est plus proche de la réalité que le héros d'Howard. Si le personnage use plus de la ruse les combats n'en sont pas pour autant inintéressants, l'auteur axe ses descriptions sur des combats de masse qui sont très visuels et très bien orchestrés. Et quand son héros ne peut échapper lui même a des duels c'est la tactique qui est mise en avant et non la force. Tout comme dans le premier opus les personnages secondaires sont plus fouillés que ce qu'on voit habituellement dans ce sous-genre.

La plume de l'auteur est toujours aussi travaillée, parfois certes un peu alambiquée mais très évocatrice. Les dialogues sont parfois dotés d'humour ce qui renforce souvent les situations délicates dans le quel s'est mis le protagoniste principal et ses compagnons du moment. Avec un compagnon présent dans les trois nouvelles on retrouve plus du Fritz Leiber que du Conan.

Encore un excellent opus de l'âge de la fantasy qui nous parvient un peu tardivement mais un merci aux petites maisons d'éditions qui n'hésitent pas à proposer des œuvres moins commerciales.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://imaginaire-chronique.blogspot.fr/
 
Le Khan blanc de Harold Lamb
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harold Lamb, Les Lames cosaques
» Shahrukh Khan au Music Ka Maha Muqabla
» 5 SENTIERS APRES LE PASSAGE DE STRAUSS KHAN, TO LOBELA
» King Khan - Le scorpion Superstar
» Salman Khan au même évenement.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aconit et Alfirin :: Littérature fantasy :: Héroic Fantasy-
Sauter vers: